Des liens avec les bibliothèques de composants BIM (BimObject, Polantis…)

By 20 juillet 2015 avril 25th, 2018 Actus

Il existe actuellement différentes plates-formes qui proposent aux utilisateurs de la maquette numérique des composants BIM, telles que BIMObject ou Polantis. Ces composants sont caractérisés par une représentation 2D ou 3D, par des contraintes de comportement métier (en fonction de son rôle dans le projet et de ses relations avec les autres objets de la maquette) et enfin par des caractéristiques physiques. Mais jusqu’à maintenant, ils ne fournissaient pas toutes les données techniques nécessaires aux différents calculs métiers.

Pour éviter que l’information ne soit dispersée, Polantis et Edibatec ont décidé début 2015  de créer des passerelles entre les deux bases de données. Une expérimentation débute alors avec le fabricant de menuiseries Millet, adhérent d’Edibatec depuis deux ans environ, et qui a intégré Polantis peu après. « Avant, les différents choix de couleurs et autres étaient présentées sur un catalogue, les configurations de pose sur un autre, les données sur les performances thermiques dans Édibatec… Il était compliqué de s’y retrouver pour les utilisateurs. De plus, les catalogues sont laborieux et coûteux à mettre à jour. En publiant nos produits dans Polantis, nous avons fait un grand pas vers l’accessibilité des données. Les passerelles établis avec Édibatec sont une avancée de plus », commente Frédéric Guéret, Chef produit Aluminium et Mixte chez Millet.

Concrètement, un lien est ajouté pour chaque produit présent sur la plate-forme Polantis, qui renvoie vers les données techniques correspondant dans Edibatec. Et inversement. « Toutes les données sur nos produits seront désormais accessibles simplement, les clients seront ainsi plus autonomes. Ils pourront aisément faire des comparaisons, avec une information plus fiable. De notre côté, cela change notre approche du marketing produit. Nous avons embauché une personne pour pouvoir faire les mises à jour en temps réel. Reste à communiquer sur ces outils pour que les clients prennent l’habitude de les utiliser », poursuit Frédéric Guéret.